Bienvenue aux nouveaux salariés 2017 !

Lors d’une après-midi organisée le 16 novembre 2017, Monsieur Jean-Marc Steindecker, Président a accueilli une trentaine de nouveaux salariés.

Ce temps d'accueil a permis aux nouveaux salariés de découvrir la Fondation, son histoire, ses valeurs, son organisation, ses établissements.

Monsieur Steindecker a retracé l'histoire de la Fondation, insistant sur le fort engagement de ses équipes auprès de jeunes et adultes en difficulté.

Ensuite, chaque directeur a présenté les missions et les actions de son établissement.

Puis le nouveau film de la Fondation (qui sera bientôt en ligne) a été projeté.

L’après-midi s'est terminée par des échanges conviviaux.

La Fondation Jeunesse Feu Vert a fêté ses 60 ans !

Pour célébrer son soixantième anniversaire, la Fondation a réuni le 9 novembre dernier à la mairie du 12ème arrondissement de Paris, plus de 300 personnes : élus, salariés, partenaires et amis.

Cette manifestation était placée sous le haut patronage de Madame Christiane Taubira.

La soirée a débuté avec un spectacle de danse de jeunes filles de la prévention spécialisée de Paris. Puis s'en sont suivis les discours de Madame Barrati-Elbaz, Maire du 12ème, Monsieur Steindecker, président de la Fondation, Madame Brossel, adjointe à la Maire de Paris et Madame Taubira a conclu les discours par le sien qui a été très applaudi notamment cette partie : "Et demain quel est notre avenir ? et la nôtre de jeunesse ? Comme la jeunesse d'ailleurs, parce qu'il nous arrive d'avoir à prendre en charge des mineurs isolés étrangers, qui je me plais à le rappeler, sont d'abord mineurs, ensuite isolés, et accessoirement étrangers".

DISCOURS DE JEAN-MARC STEINDECKER, PRÉSIDENT DE LA FONDATION 9/11/2017

"Mesdames, Messieurs Les Ministres
Mesdames, Messieurs les Députés,
Mesdames,  Messieurs les Présidents
Mesdames, Messieurs les Maires,
Mesdames, Messieurs les élus,
Mesdames, Messieurs

Chers amis et surtout chers amis,

Je  vous  remercie d’être ici ce soir   à la mairie du 12e arrondissement. Nous remercions Madame la Maire, Catherine Baratti-Elbaz, de nous y accueillir et d’être parmi nous pour fêter notre  60e anniversaire. C‘est une tradition de nous retrouver, tous les cinq ans, pour partager avec vous un moment convivial. Nous y sommes très attachés. Madame la Ministre Christiane Taubira nous fait l’honneur de sa présence. Madame, vous avez accepté que cet anniversaire se déroule sous votre haut-patronage.  Soyez en remerciée. Votre présence témoigne de votre engagement pour une justice des mineurs, fidèle à l’esprit de l’ordonnance de 1945 qui affirme que l’éducation devrait primer sur la répression. Votre présence est pour nous un signe de reconnaissance.

Car :
nous défendons tous, ici, la même cause : « L’aide aux enfants, aux adolescents et aux jeunes adultes en difficultés d’insertion ou en danger moral ou physique et la défense de leurs intérêts moraux et matériels ». 

Ce soir, je voudrais particulièrement remercier pour leur présence toutes celles et tous ceux  qui croient en ce que nous mettons en œuvre :

Madame  la ministre Georges Pau-Langevin, députée de Paris, 
Madame Colombe Brossel, adjointe au maire de Paris représentant la maire de Paris,
les représentants de l’Etat, de la région, des départements ou des communes  et tous les travailleurs sociaux, Je voudrais aussi remercier les nombreuses associations engagées dans le champ de la prévention, de la protection de l’enfance ou de la lutte contre les exclusions, mais aussi les associations de proximité qui jouent un rôle essentiel dans la vie des quartiers quand les liens de solidarité se distendent. Je voudrais que cette soirée soit  l’occasion pour vous de  découvrir notre projet global.  Souvent, vous n’en connaissez que certaines facettes. Je vous invite donc  à vous rendre sur  les stands où sont présentées les actions de nos 11 services qui s’occupent de 10.500 jeunes et adultes.
Vous pourrez aussi visionner le film réalisé pour cette occasion par José Sorba. Ce film sera bientôt en ligne sur notre site internet. Il rend bien compte du travail au quotidien réalisé par l’ensemble de nos équipes. Depuis 1957  année de création, nous avons beaucoup évolué passant de 4 salariés à plus de 300 aujourd’hui.  Nous sommes connus et désormais  reconnus dans le domaine de la prévention, de la protection de l’enfance et de la Protection Judiciaire de la Jeunesse. Notre expertise est sollicitée sur de nombreuses questions : prévention spécialisée, prise en charge de mineurs délinquants, pédagogie adaptée aux enfants en échec scolaire, formation et insertion des jeunes en difficulté, accueil et hébergement. Au-delà des missions habituelles confiées par nos tutelles, nous avons depuis 5 ans développé plusieurs  nouveaux projets :

En voici quelques-uns.
. Nous avons rénové notre centre de vacances : le Prieuré de Montaure
. Le centre de jour des Jacquets a déménagé de Colombes à Nanterre dans des locaux plus spacieux et mieux adaptés pour accueillir les élèves. Ce déménagement a pu être réalisé  grâce au financement du Conseil départemental des Hauts de Seine
. Nous accueillons depuis près d’un an des Mineurs non accompagnés dans le cadre du service Educatif 91 avec le soutien du département de l’Essonne.
. Nous avons repris à Paris plusieurs associations et territoires. Le service de prévention spécialisée est devenu notre plus gros service.
. Nous organisons des chantiers éducatifs et internationaux. Nous développons des  projets culturels comme celui emblématique mené avec la Philharmonie de Paris et nous luttons contre  le décrochage scolaire,

Ces activités se développent même si les collectivités territoriales ont des contraintes budgétaires qui se répercutent sur nos financements.  Nous  sommes conscients de leurs difficultés et nous les remercions de leur confiance et de leur soutien.
Nous cherchons donc d’autres sources de financements comme la réserve parlementaire, la taxe d’apprentissage et les dons. Je voudrais  remercier nos  très généreux donateurs ici présents. Ils se reconnaitront. //

Mais tout ce travail n’existerait pas sans l’ensemble de nos salariés.

Depuis 5 ans, des directeurs, des directrices, des salariés  sont partis à la retraite, ou  sont partis, des salariés ont été embauchés et maintenant ce sont plus de 300 salariés qui travaillent dans notre fondation. La relève est assurée.
Car la véritable richesse de la Fondation se trouve dans ses équipes, ses éducateurs, ses enseignants, ses formateurs, ses psychologues, sans oublier les personnels administratifs et de service.

Nous ne les remercierons jamais assez pour leur investissement quotidien au service de nos missions.

En 5 ans,  la situation économique , sociale et politique a changé .

  • Le contexte économique et social n’a cessé de se détériorer et nous essayons de nous y adapter et d’apporter des réponses à ceux qui souffrent de conditions de vie difficiles. Quand la pauvreté touche de plus en plus les enfants et les jeunes adultes, quand un enfant sur 5 vit sous le seuil de pauvreté, le maintien des protections, des liens sociaux est plus que jamais un impératif. Il nous faut faire preuve d’innovation.
  • Quant au contexte politique et international, il a évidemment été bouleversé. Il y a une France avant et une France après  les attentats de janvier 2015.  On ne le sait pas assez, mais nos éducatrices et nos éducateurs ont été en première ligne après les dramatiques événements.  Ils ont dû  parler, expliquer, analyser avec les jeunes ce qui s’était passé.  La Fondation les a formés aussi rapidement que possible sur le phénomène de la radicalisation. Nous avons répondu présent aux sollicitations des pouvoirs publics tout en restant dans le cadre de la protection de l’enfance.

Feu-Vert, ce sont donc des femmes et des hommes engagés, qui partagent toujours les mêmes convictions : prévention, éducation, solidarité, justice.

C’est à cela que travaillent tous les personnels de Feu Vert. Dans la rue et dans les différents établissements, dans des conditions souvent difficiles, ils rétablissent un dialogue avec ces jeunes marginalisés, qu’il faut tout à la fois protéger et éduquer. C’est en les aidant à trouver un sens à leur vie, qu’ils trouveront une place dans la société. Telle est notre conviction.

Cette action éducative, en direction de jeunes souvent en conflit avec les institutions prend du temps. Elle repose avant tout sur une rencontre humaine. Les résultats immédiats qui nous sont parfois demandés par nos tutelles sont difficilement compatibles avec la patience que requiert un travail éducatif efficace.

Mais c’est l’ADN de la Fondation et nous persévérons dans cette voie

Depuis 60 ans, Robert Steindecker, puis  Claudine Guthmann et moi-même, avons été soutenus par un conseil d’administration et des équipes de directions engagés à nos côtés. Je tiens à  les remercier.

Je tiens une nouvelle fois à remercier toutes les équipes qui se sont mobilisées pour la réussite de cette soirée
Un très grand merci aux jeunes de la Maison de la Juine et à leurs encadrants pour le buffet qu’ils ont réalisés et qu’ils vont vous servir

Un même merci aux  jeunes du 12e arrondissement pour le spectacle de danse que vous avez pu voir en début de soirée.
Merci et Bonne soirée à tous."

La visite des stands, réalisés avec originalité par chaque établissement ou service, fut aussi l’occasion de montrer à nos invités la diversité de nos actions. Chacun a pu également apprécier et faire honneur au magnifique buffet préparé par les jeunes de la Maison de la Juine et par leurs encadrants.

CLIQUEZ ICI POUR VOIR LE FILM DE LA FONDATION

Ci-dessous quelques photos de la soirée :

 

ACCUEIL DES JEUNES

Mineurs Non Accompagnés (MNA) AU SERVICE EDUCATIF 91 - HEBERGEMENT

En fin d’année 2016, la direction du SE91, dont l’habilitation permet de recevoir des jeunes de 17 à 21 ans, dresse le constat que l’accueil de ces jeunes majeurs est en baisse constante, les autorités de contrôle faisant le choix de les orienter vers les dispositifs de droits communs. Les besoins exprimés du département sont d’une part un l’accueil d’une population plus jeune à partir de 16 ans, et d’autre part de répondre  l’arrivée d’un flux important de migrants mineurs sur le département de l’Essonne. Le service éducatif propose un projet d’accueil accompagné d’une plateforme technique.
En février 2017 après un avis favorable du Conseil d’administration et du Conseil Départemental, le projet d’accueil de 8 Mineurs Non Accompagnés au Service Educatif 91 – Hébergement a pu être mis en place.
Il s’agit de jeunes garçons et/ou filles se trouvant hors de leur pays d’origine privés temporairement ou définitivement de la protection de leur famille et qui ont un parcours de vie chaotique, migratoire, périlleux et traumatisant et qui aspirent à une vie meilleure.

La prise en charge de ces jeunes fragilisés et en situation d’isolement familial leur permet l’octroi d’un statut afin de s’intégrer dans le pays d’accueil. Cet accompagnement leur apporte toutes les garanties liées au respect de leurs droits, et ainsi de pouvoir bénéficier des dispositifs de protection de l’enfance.
Les mineurs non accompagnés ne constituent pas le public que le service hébergement a l’habitude d’accueillir. Il doit, avec son expérience actuelle, adapter l’accompagnement pour ces jeunes.
Les pratiques professionnelles des éducateurs peuvent changer et être bouleversées pour accueillir dans les meilleures conditions possibles ces jeunes et ainsi favoriser leur intégration sociale.
Ils sont accueillis dans un appartement qu’ils partagent, aménagé de deux ou trois chambres individuelles, se situant à proximité du Service à Brétigny sur Orge.
Ils bénéficient d’un accompagnement éducatif individualisé conformément à la diversité de leurs profils et de leur projet individuel ainsi que d’un accompagnement psychologique lié à leur histoire et à leur situation actuelle.
Parallèlement à la partie accueil, le SE91 a créé et mis en place un « plateau technique » où des cours de français, mathématiques et musique sont dispensés par des professeurs qui ont évalué leurs élèves et constitué des groupes de différents niveaux selon les besoins d’acquisition de chacun.

Lorsqu’un jeune aura acquis un niveau d’autonomie suffisant et lorsqu’il aura travaillé sur la mise en œuvre son projet individuel, il intégrera un studio individuel, selon les mêmes conditions d’accompagnement que les autres jeunes mineurs et majeurs du Service.
Lors d’une présentation d’un premier bilan en Juin 2017 le Service Educatif 91 – Hébergement a eu un accueil favorable de la direction de la prévention et de la protection de l’enfance.
Au regard des résultats satisfaisants de ce projet expérimental, le SE91 est sollicité afin d’étendre ce dispositif et ainsi d’accroître le nombre d’accueil des jeunes MNA.

Nous sommes dans l’attente d’une réponse du département.

« Un mur pour découvrir le monde ».
Un chantier éducatif créatif à Saint-Ouen avec trois jeunes

Trois jeunes, encadrés par notre équipe éducative de prévention spécialisée de Seine-Saint-Denis, ont participé à l’embellissement du cadre de vie des habitants de la résidence Antoine Watteau, située à Saint-Ouen.

Le projet d’une fresque sur un mur de plus de trente mètres est né avec le bailleur Domaxis. L’artiste audonien Rémy Gomis, l’équipe de prévention spécialisée, le gardien de la résidence et les trois jeunes hommes ont travaillé de sa conception à sa réalisation. Une proposition graphique a été retenue sur les trois élaborées dans le cadre d’un atelier artistique : elle invite au voyage et à l’évasion à travers la représentation de différents monuments connus dans le monde.

Le partenariat avec l’APES, Association Pour les Equipements Sociaux, structure de développement social urbain d’Action Logement, a permis de financer le projet et de salarier les jeunes, via une association intermédiaire, pendant les deux semaines du chantier éducatif. L’objectif du chantier était aussi de soutenir les démarches d’insertion professionnelle de chaque jeune. Ainsi, nous avons pu organiser la visite de la société "Danone" grâce à notre partenaire "Sports dans la Ville ».

La réalisation de l’œuvre a demandé soin, précision et concentration.

Et l’inauguration du 10 juillet 2017 a permis de réunir tous les participants, des partenaires locaux et des habitants dans une ambiance très conviviale. Ravi du résultat, le gardien indique que « 99,6 % des locataires apprécient cette fresque ».


La scolarité aux Jacquets

Le projet des Jacquets vise à une réinscription des enfants dans le système scolaire classique. Tous les ans, la grande majorité des enfants sortants sont ainsi orientés vers le collège. La scolarité est au chœur du projet et le soutien des autres services psychologique et éducatif, concourt à sa réalisation. Pourtant la scolarité n’est pas une tâche aisée. Les difficultés d’apprentissage, les retards scolaires conséquents, les troubles du comportement freinent les acquisitions. Afin de permettre aux enfants de renouer avec les apprentissages, les pédagogies actives, comme Freinet ou Montessori sont mobilisées et l’expérimentation, la manipulation sont favorisées. Un autre axe de travail sollicité est l’imaginaire. Les deux textes présentés ont été écrits par deux enfants de la  classe de CM2 de Nanterre. Ils  témoignent du  travail mené aux Jacquets. Les consignes données par l’enseignante étaient d’écrire et d’illustrer un conte en utilisant le passé-composé. 

Cliquer ici pour voir le travail des enfants

Les enfants à la Philharmonie

Le  nouveau spectacle des Jacquets en partenariat avec la Philharmonie de Paris est une comédie musicale intitulée « nous n’irons pas à l’opéra ». Elle a été présentée  le samedi 17 juin à la Philharmonie  de Paris. Ce fût pour tous, parents, enfants, professionnels et invités un moment savoureux, teinté d’émotions. Cette année la salle était comble, presque toutes les familles étaient représentées. Tous les enfants de l’institution étaient sur scène.
Quelques-uns ont voulu témoigner de leur plaisir à y participer :  

« À la Philharmonie même si je n’ai pas vu mes parents, j’ai été heureux ! J’ai eu la trouille devant tout le monde. Après on a crié dans la loge. J’ai adoré ça. »   Alain Martial 
« On est parti au bout du projet et on est content de l’avoir fait. Nous espérons recommencer l’année prochaine. Et je l’avoue, pour moi les « répets » ont été dures. Mais pendant le concert, je me suis rendu compte que je n’avais pas fait ça pour rien. » Mohamed
« J’ai commencé par avoir le trac. Mais j’ai réussi à faire la dernière répète et j’ai réussi à ce que ma mère me dise bravo. Et qu’elle dise j’ai adoré. » Ryan
« Moi la philharmonie j’ai trouvé que c’était magique, mais j’avais un peu peur parce que c’était ma première fois. C’était une première mais parfaite. Un an de travail mais ça valait le coup !!" Mellyvan
« Pour moi, la musique c’est en or. C’est bien. C’est un grand cœur avec de la musique. Je me sens super bien au moment de la musique. » Diego
"En musique j’aime chanter  « ba ba ba » parce qu’on fait position chorale plus la récréation. J’aime « ba ba ba » parce  qu’il y a de l’action. J’aime l’action parce qu’on court. C’est ce que j’aime". Alain Martial
"Tous les mardis et les jeudis, on chante « nous n’irons pas à l’opéra »J’ai un petit peu peur de chanter devant les parents." Augustin
"L’opéra c’était dur parce que j’avais un rôle et j’avais les pétoches et puis tous les adultes nous ont soutenu."Stephen

Cliquer ici pour voir la captation

 

Les jeunes redonnent des couleurs au commissariat et brisent les préjugés (extrait du Parisien du 1er septembre 2017)

Pendant une semaine sept jeunes ont remis à neuf une partie du commissariat d’Epinay et changé leur regard sur la police. Samedi, ils seront reçus en mairie de Villetaneuse.

« J’avais un peu d’appréhension. J’étais entré une seule fois dans un commissariat pour une déclaration de perte », confie Bryan, 19 ans. Avec cinq autres jeunes de Villetaneuse et un d'Epinay, accompagnés par l’association de prévention spécialisée Feu Vert dans le cadre du projet « J’abuse ou j’amuse », ils ont remis à neuf 1 000 m2 de couloirs et de bureaux au commissariat d’Epinay-sur-Seine.

Lire la suite


L’équipe de prévention spécialisée d’Epinay-sur-Seine forme les adolescents aux gestes de premier secours

Les éducateurs de La Source-Les Presles forment les collégiens de l’établissement de Roger Martin du Gard aux gestes qui sauvent. Cette action collective, menée depuis plusieurs années, permet un contact étroit avec les jeunes et favorisent le partenariat avec l’Education Nationale.

Article Epinay sur Seine n°175

______________________________________________________________________

Inauguration du Prieuré de Montaure

Le samedi 20 mai 2017, plus de cent personnes étaient réunies pour célébrer l’inauguration du Prieuré de Montaure, centre de vacances de la Fondation.

Un cycle de travaux d’ampleur de près de deux ans s’achève donc pour laisser place à l’utilisation des lieux par les jeunes et les familles.

Des jeunes des différents services et établissements de la Fondation étaient présents et se sont répartis les missions nécessaires au bon déroulement de ce moment festif tel l’accueil et la décoration. Un remerciement particulier aux jeunes de la Maison de la Juine pour leur fabuleux buffet, qui aura indéniablement ajouté à la convivialité du moment.

C’était aussi l’occasion de mettre en valeur l’engagement de la Fondation, de son Conseil d’administration, de ses salariés, en faveur des jeunes et des familles grâce à des lieux accueillants et reposants et au travers d’un accompagnement de qualité.

Monsieur François Loncle, Député de l’Eure, qui a contribué au travers de sa réserve parlementaire au financement du projet, a dit toute sa fierté d’avoir financé un projet pour les jeunes générations.

Monsieur Jacky Fleith, Maire de Montaure (Terres de Bord désormais), a souligné sa satisfaction de disposer dans sa commune d’un tel lieu.

Monsieur Jean-Marc Steindecker, Président de la Fondation, a remercié tous les salariés de la Fondation qui ont contribué à cette réussite ainsi que les parlementaires pour leur participation et leur soutien mais aussi les entreprises compétentes qui sont intervenues. Il a mis en exergue tout l’intérêt pour les jeunes de bénéficier d’un site comme celui-ci.

Une pensée émue pour Madame Béata Lévy qui, au travers de son legs, a permis de financer une partie des équipements de ce site magnifique.

Place aux jeunes et aux familles pour l’été à venir !

Article Presse Normande


 
 

Nouvelles offres d'emploi

 

1 chef de service (H/F)

Maison de la Juine

 

1 maîtresse de maison

Maison de la Juine

 

1 secrétaire comptable (H/F) dans le 75

Paris 11

 

 

2 classes des Jacquets Bagneux en séjour classe à la ferme en Bretagne

Les séjours de classes de nature rencontrent toujours un franc succès aux Jacquets. Cette année, la classe des plus jeunes et celle des plus grands de Bagneux se sont rendues pour la semaine à la ferme de Trénube en Bretagne.

Deux éducateurs et les enseignantes ont accompagnés le groupe constitué de 14 enfants. La vie dans la ferme a séduit beaucoup d’entre eux. Quotidiennement, ceux qui le désiraient, prenaient soin des animaux. Intimidés, inquiets les premiers jours, ils ont apprivoisé les animaux, pris les lapins dans les bras, caressé les chèvres, les ont nourries…

Pour ces enfants que la vie en collectivité met à l’épreuve, la rencontre avec les animaux est souvent apaisante et enrichissante.
Les enfants ont réalisé un herbier, fabriqué du pain, visité la ferme. Ils ont aussi découvert la campagne lors des balades en carriole.
Ils ont visité Saint Malo, collecté des coquillages et des galets sur la plage.

Au retour, chacun raconte sur son « livre de souvenirs » les meilleurs moments du séjour. Ce travail de rédaction sera présenté aux parents lors de la journée Porte ouverte en fin d’année scolaire.


Un journal de classe d'une enseignante aux Jacquets Bagneux

Dans le cadre du projet pédagogique, la classe de Manon publie tous les deux mois un journal destiné aux enfants, à leur famille et aux professionnels de l’institution .
A partir d’expériences vécues, de sorties et surtout des envies de chacun ,des textes sont écrits par tous les enfants. Ce travail collectif, laissant une grande part à la liberté et à la créativité de chacun, constitue pour ces enfants une expérience de réussite. La satisfaction de tous contribue à leur plaisir.
Inspiré de la pédagogie Freinet ce travail d’écriture illustre la diversité des pratiques pédagogiques aux Jacquets et témoigne d’un vrai souci de prise en compte des difficultés de tous les enfants accueillis dans l’institution.

Les petits journalistes - mars 2017