Pour une justice des mineurs ambitieuse, la Fondation tient à réaffirmer ses valeurs

A la suite de plusieurs rapports sur la délinquance, les projets de loi  transforment  radicalement les principes fondamentaux de la justice des mineurs issus de l’ordonnance de 1945 en remettant en question le sens de la prise en charge éducative et le rôle des juges des enfants.

Le droit des mineurs se rapproche  ainsi du droit des majeurs.

Nos équipes éducatives, qui sont quotidiennement engagées auprès de ces mineurs en difficulté dans le cadre de leurs missions de prévention, de protection de l’enfance et de Protection Judiciaire de la Jeunesse,s’inquiètent de cette évolution.

Il ne s’agit pas bien évidemment de nier les problèmes posés par le comportement délictueux d’un certain nombre d’adolescents et la nécessité de traiter ces problèmes mais de considérer  que l’enfant et l’adolescent sont des sujets en devenir et que leur comportement à un moment de leur vie ne prédit en rien leur conduite à venir.

Notre expérience nous a montré que c’est sur l’éducation et la confiance en ces adolescents qu’il faut parier. Les professionnels insistent sur la dureté croissante des contextes de vie, sur la souffrance sociale des familles et des jeunes rencontrés.

Dans ces milieux de vie très durs où l’assignation au territoire de « la cité »tient lieu de refuge et d’identité, les adolescents sont souvent aspirés dans des processus de ruptures sociales où se conjuguent le découragement des parents et le désarroi des institutions .

 


C’est à travers la diversité des actions proposées que les adolescents apprennent à trouver leur place, à renouer le dialogue avec les adultes et les institutions, à exploiter leurs ressources, à accepter  des contraintes, à orienter leur parcours.

C’est pourquoi la Fondation Jeunesse Feu Vert, forte de ses valeurs et de ses engagements, tient à rappeler que pour les mineurs la mesure éducative doit être prioritaire sur la sanction pénale. Les adolescents ont besoin pour construire leur identité et leur socialité, de vivre des relations structurantes avec des adultes.

La finalité de nos actions est d’aider chaque enfant confié à la Fondation pour qu’il ait sa chance et trouve la place qui lui est due dans la société.

Le conseil d’administration tient à réaffirmer que la Fondation apporte tout son soutien à ses équipes éducatives dans des circonstances où le travail éducatif risque d’être fragilisé.

Il continuera d’agir pour que l’adolescent qui rencontre des difficultés soit considéré comme un sujet digne de la mobilisation des adultes et de la société.