Les enfants des Jacquets : deux concerts magnifiques à la Philharmonie

 

 

Parents, amis, professionnels, représentants du conseil départemental des Hauts-de-Seine, administrateurs de la Fondation, étaient réunis à la Philharmonie les 23 juin et 27 juin pour écouter les chorales des Jacquets Bagneux et de Belgique.

Ces représentations s’inscrivent dans le projet « Equinox » inititié par Maria João Pires, pianiste internationale qui a développé un projet social en direction d’enfants.

Après une année de répétitions exigeantes, les enfants des Jacquets se sont produits sur la scène de l’amphithéâtre de la Cité de la Musique. Créée en octobre 2014, la chorale est composée d’une vingtaine d’enfants accompagnés d’Heïdie Fortin, chef de chœur et accordéoniste, Joël Soichez, pianiste et Nicolas Agullo aux percussions.
Depuis janvier 2015, grâce à un partenariat avec la Maison de la Musique et de la Danse de Bagneux, la chorale a répété une fois par mois à l’auditorium de la ville.

Les éducateurs ont soutenu fortement cet engagement des enfants dans la constitution d’un chœur et la recherche d’une identité sonore commune. Les enfants ont découvert de petites pièces chorales issues du répertoire populaire français et des chants traditionnels du monde.

Pour introduire la soirée, Maria João Pires a interprété avec gravité et tendresse « Bagatellle op 126 en sol majeur « Quasi allegretto » de Beethoven, puis Intermezzo, op 117 n° en mi bémol majeur de Brahms.

Les enfants ont chanté avec beaucoup de concentration et de grâce : Amawole, chanson congolaise – Je n’avais qu’un épi de blé, chanson du Bas Berry – Le piano abandonné de Julien Joubert – Demain je dors jusqu’à midi de Mireille et Jean Nohain et Siyahamba, chanson sud-africaine. Ils ont été applaudis avec un enthousiasme certain du public.

Les enfants de Bruxelles ont présenté Liberté, un spectacle co-créatif mêlant texte et art gestuel.

Au programme de la chorale Equinox belge, plusieurs chants de différents pays : Maori, Brésil et Etats-Unis. La marmotte de Beethoven dont le texte a été écrit par Goethe et Bagatellle opus 33 n°4 en ré majeur de Beethoven ont aussi charmé les spectateurs. Milos Popovic et Eulalie Hupin ont accompagné ces enfants tout au long de l’année et lors de cette représentation.

Tous ces enfants, acteurs de l’intégration en marche, ont vécu une expérience collective enrichissante en développant des habiletés musicales et en partageant un moment rare avec un public succombant à leur charme.

La Fondation remercie vivement tous les intervenants qui ont permis la réussite de ce projet, tout particulièrement Maria João Pires et ses équipes, les professionnels de la Philharmonie, dont Marie-Hélène Serra à la direction du Pôle Education, Hélène Schmit à la coordination et Stéphanie Decronumbourg, à la production.

Nous remercions le Conseil Départemental des Hauts-de-Seine qui a soutenu ce projet et qui était représentée par Madame Bellee-Van-Thong, directrice Famille, Enfance, Jeunesse et par Madame Claude, responsable des établissements.

Nous félicitons encore ces « enfants du paradis » qui ont beaucoup travaillé pour nous offrir ce spectacle ainsi que tout le personnel des Jacquets Bagneux qui a contribué à la réussite  de cet ambitieux projet que Cervantès n’aurait pas renié, lui qui pensait, que « là où est la musique, il n’y a pas de place pour le mal ».

 

 

Copyright : William Beaucardet-Cité de la musique.